Muriel Cocquet en résidence à Mariemont

Muriel Cocquet / L’autrice

Germaniste de formation, puis élève du conservatoire royal de Liège, Muriel Cocquet a d’abord travaillé comme comédienne en Belgique. Elle s’est ensuite installée à Lille où elle a fondé sa compagnie, La Lune qui gronde, pour laquelle elle a écrit et mis en scène deux premiers spectacles : La Lune d’Emilien et Il faut tuer Carrie ! Repérée par la Drac Nord-Pas-de-Calais suite à cette dernière création, elle a bénéficié sur la saison 2015-2016 d’un Pas à Pas, dispositif de soutien à l’émergence, auprès de la compagnie de l’Oiseau Mouche.
Après avoir écrit et mis en scène ses deux premiers spectacles conjointement, elle a séparé pour sa prochaine création, ENFANTS, l’écriture de la mise en scène. Accompagnée par La Bellone (Bruxelles) pour l’écriture en 2016, elle va créer le spectacle ENFANTS à l’automne 2017, dans le Nord de la France. Ses sources d’inspiration sont multiples. Elle est passionnée de thrillers, de films d’horreurs, de David Lynch, d’Andreï Tarkovski. Elle lit beaucoup de romans, avec une prédilection pour le fantastique, comme ceux de Murakami, par exemple, et la littérature américaine. Elle souhaite écrire un théâtre à la fois populaire et exigeant qui permette plusieurs niveaux de lecture. Son écriture défend la parole des invisibles, se veut à la fois simple et accessible tout en étant très travaillée.

Projet en cours

En 2180 après JC, dans une localité autrefois appelée Calais, s’étend au bord de la plage un grand hôtel de luxe. Il y a encore vingt ou trente ans, c’était un hôtel très prisé, avec bungalows de luxe et jardins privatifs, roseraies, orangeraies, palmeraies… Aujourd’hui se retrouvent dans cet oasis protégé de hauts murs les hommes les plus riches de la planète. Quelques fantômes les accompagnent, fantômes de migrants climatiques et de calaisiens expropriés, fantômes d’espèces animales disparues…
Nourrie au biberon de SHINING, je vais me lancer dans l’écriture de cette pièce aux nombreux tableaux et personnages. Je pense qu’elle aura quelque chose d’un thriller, avec de longs monologues à la Thomas Bernhard, de grandes discussions tchékhoviennes et de grandes scènes sans texte. Je la souhaite agressive sur la question de l’urgence climatique, sans être catastrophiste. Je la souhaite drôle, émouvante et haletante.

 

Tagués avec :