Série « Confinement » – Confitures de confinement de Thomas Depryck

 

Je suis CHEZ MOI. On m’a dit : tu vas avoir du temps. Avoir plein de temps. Enfin !
Avoir plein de temps, plein le cul.
Ai-je pensé.
Tout le monde va avoir du temps, m’a-t-il été précisé.
Et j’ai répondu, sceptique, étonné : « ah bon ? »
Oui, je te jure, c’est marqué partout.
Noir sur blanc. 
Alors profites-en.

ON LUI A DIT aussi, il a entendu, du moins, il a bien voulu entendre, en fait :
Le moment est venu pour toi, maintenant, désormais, d’écrire. D’écrire un chef d’œuvre. Un putain de chef d’œuvre. Tu es un écrivain, tu es soi-disant un écrivain alors enchaîne-toi à ton bureau et écrit,
n’importe quoi,
ce qui te vient, du moment que c’est génial.

Pour que les gens ne s’ennuient pas trop chez eux.

D’accord.
Oui. Certes.
Ai-je baragouiné.

Et il a conclu :
D’accord, je vais en profiter.
Il est temps nom d’une pipe !
Mais malheureusement j’ai pas que ça a foutre. Je dois faire à manger, je dois gagner de quoi faire à manger, parce que si je ne mange pas, je ne chie pas, et si je ne chie pas, je ne peux pas écrire. Vous comprenez ?
Ne te défile pas, petit oiseau, tu n’échapperas pas au prédateur. Les con/finés ont besoin de con/fiance.
Ok. Je vois. J’ai compris. Je m’y mets. Haut les cœurs. J’ai, depuis toujours, le sens du sacrifice. Je vais donc de ce pas, de ce pas leste et guilleret, dompter tous les mots qui me passent par la caboche et les mettre en ordre de bataille, les aligner bien comme il faut, bien comme il se doit, pour qu’une belle prose bien ronde en émerge et que chacun puisse s’y abreuver tant et plus.

Mais l’inspiration me fait très rapidement défaut.
Je suis chez moi depuis dix jours
Dix jours que je trime
Comme un forçat
Mais rien ne vient sous ma plume
que des saloperies
A la con
J’ai une plume
A la con
et il n’y a pas l’ombre d’une éclaircie qui se profile.

Les infos me dépriment. Je ne peux pas travailler avec tout ce fatras sur les épaules, bordel.

inspiration
travail
infusion
contusion
confusion
concaténation
confiture et confinement
j’ai mal aux mains
et je t’emmerde

Dix jours que je tape frénétiquement sur mon clavier
Dix jours perdus
Je commence à avoir mal à la tête VITE DU PARACETAMOL
NE PAS PRENDRE D’IBUPROFEN
Je suis con
Tu es con
Qu’il est con
Je suis confiné, oui.
Il est confiné, oui
Complètement con/finé. Il a le cerveau en marmelade

Extrait de Confitures de confinement de Thomas Depryck

Lire le texte intégral de Thomas Depryck au format PDF

 

Ce texte a été écrit dans le cadre de la série de commandes « Confinement », une initiative du Centre des Écritures Dramatiques  Wallonie-Bruxelles, en partenariat avec Pierre de Lune, Centre Scénique Jeunes Publics de Bruxelles. 

 
Tagués avec : ,