Série « Confinement » – Etats de terrain de Caroline Husson

 

T’es dans ta bulle, ton boudoir
Tu bouilles ? Tu boudes ?

Je m’y complais, m’y love, m’y pelote dans ce creux

À rester là, dans ce petit coin coin
T’y vois tous ses défauts

Les angles de peinture craquent
Une dentelle
Promesse d’avalanche
Si tu veux pas étouffer
Il te faudra de la riposte
En déhanché

Dans ce repli
Tout près y’a les voisins
Oui toi, toi, vous
Si j’ai envie de crier
Je fais comment ?

Le trop plein
Il lui faut un dépôt, un dévidoir
Mais là tu te tais, te terres, sous ton toit
Tu te tâtes la tête

Tu nommes tout ce que tu vois
Pour vérifier que t’es bien là présent·e
Et pas perdu·e dans tes contrées éthériques

Bureau, lit, lampe,
Lampe, lit, bureau,
Lit, lampe, bureau
Lit, bureau, lampe,
Chaise

Mais de jour en jour
Les choses qui t’entourent
Tu les connais par cœur
Et oui, à force de les voir
Alors tu peux les citer en pensant à ailleurs
Ou sans y penser
Litlampebureaulampebureaulilampe …           chaise
Mais comment être sûr·e que tu es là ?
Que t’as pas perdu tes contours ?

Si tu te penses trop infini
Que tu te penses en image fondue,
Est-ce un problème ?
Tu es pris·e dans le monde
Tu peux t’étendre sans sortir de toi
Sans même sortir du tout

Si t’entends un oiseau
Tu ne te sens pas écouteur·euse, ou exclu·e
Non, tu peux te mélanger à son chant
Tu peux être emplumé·e… ou plumé·e
Mais ça c’est suivant, ton choix optique
                                     ton angle
                                     ta posture

C’est ton coin
Tu l’as choisi
Mais tu n’as pas voulu être là tout le temps

Extrait de Etats de terrain de Caroline Husson

Lire le texte intégral de Caroline Husson au format PDF

 

Ce texte a été écrit dans le cadre de la série de commandes « Confinement », une initiative du Centre des Écritures Dramatiques  Wallonie-Bruxelles, en partenariat avec Pierre de Lune, Centre Scénique Jeunes Publics de Bruxelles. 

Tagués avec : , , , ,